Chacun de nous n’a-t-il pas déjà rêvé d’échapper à la grisaille et au froid de l’hiver sans pour autant devoir casser sa tirelire en mettant le cap sur des îles exotiques ?

Nous avons trouvé pour vous la destination idéale : des paysages somptueux, une cuisine délicieuse et une population d’une grande gentillesse dans une région où le soleil brille près de 300 jours par an, le tout à moins de 2h d’avion de Toulouse. Nous mettons le cap sur le Sud du Portugal pour un week-end estival !

 

 

Sommaire
Premier jour : Faro et Tavira
Deuxième jour : Benagil et la Praia di Marinha
Troisième jour : Le Cap St Vincent, Parc National,
Portimão et l’église de São Lourenço
Infos pratiques et conseils

 

 

 

Premier jour

Faro

Faro est un excellent point de départ pour découvrir l’Algarve.  L’arrivée en avion est en elle-même un premier dépaysement car l’avion devant faire demi-tour un peu au large de la côte avant d’atterrir, cela offre une magnifique vue des falaises et des plages.

Autre point positif, l’aéroport est situé à seulement 20 min en bus du centre-ville (ligne 16), idéal pour ceux qui souhaitent partir en exploration dès le pied posé sur le tarmac.

Malheureusement ce même aéroport a eu raison du charme historique de la ville devenue la 2e « porte d’entrée » touristique du pays depuis sa création, donnant ainsi naissance à une frénésie immobilière qui s’est répandue tout le long des côtés de l’Algarve.

La visite de la ville de Faro peut aisément se faire en une demi-journée car en dehors du centre historique et des plages, la cité a perdu ses atouts de petite ville portuaire au profit d’immeubles qui semblent y pousser comme des champignons.

Si vous vous trouvez dans le centre dès le matin, allez prendre un jus d’orange frais et une pâtisserie sur la terrasse du minuscule café Losango à l’angle de la Rua da Misericórdia et de la Rua Manuel Belmarço où vous êtes certains de ne croiser que des locaux. Ne vous arrêtez pas à l’allure très simple du lieu, nous y avons pris un délicieux petit déjeuner pour seulement 3€ !

En descendant la Rua da Misericordia jusqu’au port vous trouverez l’Arco de Vila, l’une des portes de la Vieille Ville. Une fois franchie il est agréable de se perdre dans les jolies ruelles qui mènent à la place de la cathédrale.

Pour notre part nous avons découvert le centre historique de nuit alors que ce dernier était désert, ce qui offrait une toute autre perspective du quartier dans une atmosphère très paisible.

En ressortant par la Porta Nova (au Sud-Ouest) vous pourrez prendre part à une visite en bateau des marais salants, lagunes et nombreux îlots qui forment le parc naturel de la Ria Formosa. Plusieurs itinéraires sont proposés chaque jour pour des balades entre 45 min et 3h et des tarifs allant de 5€ à 30€ par adulte (7-15€ pour les enfants) en fonction de la balade choisie. Vous avez également la possibilité de réserver votre excursion en ligne.

Avant de repartir, vous pouvez aller vous promener dans les jardins Alameda João de Deus où les paons se baladent à leur guise. Nous avons cependant été un peu déçus lors de notre passage car le parc et les bassins ne donnaient pas l’impression d’être entretenus. Cela est dommage car ce lieu est l’un des rares coins de verdure qu’offre cette partie tristement bétonnée de la ville.

 

Tavira

Avant de poursuivre votre périple vers l’Ouest, prenez le temps de passer quelques heures à Tavira, située à une trentaine de kilomètres à l’Est de Faro.

Pour être tranquille, vous pouvez laisser votre voiture à l’entrée de la ville, à proximité de la caserne de pompiers et poursuivre votre visite à pied. En suivant les panneaux vous arriverez au petit jardin qui borde la belle église de Santa Maria do Castelo où il n’est malheureusement pas possible d’entrer en dehors des offices.

En la contournant vous découvrirez les vestiges du Castelo dos Mouros (12ème siècle) dont il ne reste plus que les remparts enfermant de jolis petits jardins. Faites le tour des remparts pour profiter d’une vue imprenable sur les toits et la rivière qui traverse la cité.

Vue sur les toits de Tavira depuis les remparts du château

 

Pour un « déjeuner avec vue », faites comme nous et installez-vous en haut du rempart situé en face de l’église Santa Maria. Si par chance les visites du château sont rares ce jour-là, votre pause n’en sera que plus agréable.

S’il vous reste un peu de temps, à quelques pas du château se trouve l’église de la Miséricorde (Igreja da Misericordia) qui clôturera en beauté vos déambulations dans les vieux quartiers de Tavira.

Nous prenons la route en direction de la Côte Atlantique. Notre prochaine destination se situe au Sud de Lagoa. Nous avons choisi d’éviter de séjourner dans les villes portuaires telles que Albufeira ou Portimão qui constituent des répliques à plus grande échelle de la bétonisation côtière que nous avons aperçue à Faro.

 

Deuxième jour

Benagil et la Praia da Marinha

Nous avons eu la chance de trouver un appartement en pleine campagne à seulement quelques minutes des plus célèbres grottes et falaises de la région.

Nous avons donc décidé d’écourter notre nuit et de nous rendre à la « Praia da Marinha » pour y admirer le lever de soleil en compagnie des petits chats sauvages qui peuplent les alentours de la plage.

Un chemin aménagé le long des falaises promet une belle randonnée avec la possibilité de descendre sur les plages, évidemment très peu fréquentée à cette période de l’année.

Lever de soleil au large des falaises de la Praia da Marinha

 

Pour nous rendre au plus près des célèbres grottes de Benagil, nous avons pris part à une balade en bateau avec la compagnie Taruga Benagil Tours. Nous avons un peu hésité entre les 2 balades proposées en raison de leur prix : 20€/personne pour 1h et 30€/personne pour 1h30.

Nous avons finalement opté pour la plus longue promenade car cette dernière offrait la possibilité de descendre du bateau et de profiter d’une demi-heure de liberté sur une plage dissimulée dans une grotte (certes la plus connue de tout le pays et que l’on retrouve en photo dans tous les guides…).

Cependant, le mois de janvier étant surement l’un des moins touristique, cela nous a permis de profiter de cette balade en étant seuls sur le bateau, qui compte habituellement entre 15 et 20 passagers. Des conditions de découverte idéales !

En haute saison, nous vous recommandons d’opter pour les visites les plus matinales afin d’éviter les fortes températures et les nombreux touristes entre 11h30 et 16h00.

 

Sur les conseils de notre hôte, Pedro, nous avons dîné au restaurant « O Pescador » dont la terrasse surplombe la plage de Benagil. Le budget y est plus conséquent que dans les gargotes des villages de pêcheurs mais nous y avons mangé le meilleur poisson de notre séjour en profitant d’une vue sans pareille.

Une fois installés, le serveur nous a présenté la pêche du jour et expliqué la préparation de chaque spécimen, il était d’ailleurs assez surprenant et amusant de nous retrouver face à un immense plat rempli de poissons de toutes tailles.

 

Troisième jour

En cette veille de retour en France, nous avons commencé la journée en douceur en admirant le lever de soleil sur la petite baie du village de Burgau (à 20 minutes de Lagos) depuis l’appartement que nous avons, une fois de plus, déniché sur AirBnB.

La vue imprenable sur la ville de Burgau depuis la terrasse de notre appartement

 

D’ailleurs, si vous n’avez pas pu vous rendre aux falaises de Benagil, vous pouvez admirer celles toutes aussi surprenantes qui se situent à la Ponta da Piedade, au Sud de Lagos. Pour plus de tranquillité, les balades matinales ou en toute fin de journée seront de rigueur.

 

La presque-île de Sagres et le Cap Saint Vincent

Nous avons choisi de terminer notre petite escapade en Algarve par une longue promenade en voiture le long de la côte jusqu’au Cap Saint Vincent avant de remonter vers le Parc National qui borde la face Atlantique de la région.

Avant de partir pour la “pointe du Portugal”, pensez à vous couvrir suffisamment pour vous protéger du vent qui y souffle tous les jours de l’année.

Une fois sur place, vous comprendrez aisément pourquoi Sagres est considéré comme l’un des meilleurs spots de surf, planche à voile et kite surf au Portugal et en Europe.

Plutôt que de nous arrêter dès la forteresse de Sagres pour admirer la baie de Belixe, qui sépare la ville et le Cap Saint Vincent, nous avons préféré nous avancer vers ce dernier et faire plusieurs haltes sur la route pour profiter de différents points de vues.

Il est d’ailleurs possible de s’approcher à pied au plus près des falaises mais je ne saurai que trop vous conseiller de redoubler de vigilance et d’éviter de trop vous avancer, toujours en raison du vent qui peut devenir violent à tout moment.

Si vous le pouvez, faites un arrêt à la forteresse de Belixe, juste avant le Cap, et descendez les escaliers qui mènent au bord de l’eau turquoise qui pénètre dans les petites grottes creusées dans les falaises.

Nous arrivons au Cap Saint Vincent où le vent et les vagues se déchaînent toute l’année contre les falaises surmontées par un phare centenaire.

 

Le Parc National du Sud-Ouest Alentejano et Costa Vicentina

Nous reprenons la route en direction du Parc National en empruntant la N268 puis la N120 qui longent les reliefs de la côte. N’hésitez pas à prendre votre temps pour profiter de la diversité du paysage qui s’offre aux voyageurs : monts et vallées, forêt d’arbres enchevêtrés, champs cultivés…

Nous choisissons de faire une halte dans le village d’Odeceixe situé à seulement quelques mètres de la frontière entre l’Algarve et l’Alentejo. A cette époque de l’année les rues sont désertes, ce qui permet une sympathique visite à pied de la petite cité (les voitures sont interdites dans le centre).

Nous déjeunons dans le seul restaurant ouvert que nous avons trouvé, le Retiro Do Adelino où le gérant propose de nous servir un plat typique, fierté de la gastronomie portugaise : un arroz de marisco.

Ce “riz aux crustacées” peut s’apparenter à une paella mais, lorsqu’il est bien préparé, il peut contenir jusqu’à 8 fruits de mer différents ! Nous avons eu la chance de déguster ce met en portion généreuse pour 10€ par personne (plat pour deux à partager) alors que son prix peut atteindre 25-30€ par personne dans les grandes villes.

Sur le chemin retour, nous avons emprunté la N267 qui permet notamment de passer par la ville de Marmelette et la Serra de Monchique dont le point culminant, le Mont Fóia est censé offrir, en plus de jolis chemins de randonnées, une vue qui embrasse l’ensemble de la région jusqu’au Cap Saint Vincent.

Nous avons du nous contenter de croire notre guide de poche sur parole car, en ce qui nous concerne, un épais brouillard s’est levé après seulement quelques minutes de montée et une fois arrivés en haut, nous ne pouvions rien distinguer à plus de 50 cm…

 

Portimão

Pour notre dernière soirée, nous nous sommes tout de même décidés à passer par Portimão et sa fameuse Praia Da Rocha pour nous faire notre propre opinion au sujet de cette ville dite “défigurée” par la bétonisation massive qui y sévit depuis les années 1960.

Le décor est planté dès la sortie de l’autoroute, un immense boulevard bordé de barres d’immeubles coupe littéralement la ville en deux et se poursuit jusqu’à la plage (désignée comme l’une des plus belles de la région) soit près de 9km au total.

En dehors de cet environnement surprenant, la plage est effectivement très belle et nous y avons admiré le dernier coucher de soleil de notre séjour.

 

L’igreja de São Lourenço Dos Matos

Nous avons gardé l’une de nos plus belles découvertes pour la fin… Lors de notre arrivée nous voulions absolument aller à l’église de Saint Laurent des Bois, la “plus belle église de toute l’Algarve” selon de nombreux guides. Malheureusement cette dernière étant fermée le dimanche, nous avons du repousser notre visite au jour de notre départ.

L’édifice de style baroque, érigé au 18e siècle, est situé à une dizaine de kilomètres de Faro, à Almancil. L’extérieur de l’église est certes très joli mais le plus beau reste à découvrir à l’intérieur, entièrement recouvert d’azulejos réalisés à Lisbonne au début des années 1700 et dans un état de conservation exceptionnel.

L’église est ouverte aux visites du lundi après-midi au samedi (fermé entre 13h et 14h30) pour 2€ par personne.

 


Infos pratiques et conseils

  • Comment y sommes-nous allés ?

Avec Easyjet, vol direct vers Faro depuis Toulouse pour moins de 30€ par personne.

  • Où a-t-on dormi ?

Dans des appartements loués sur Airbnb :

Faro : chez Carlos dans l’un des millions d’immeubles qui envahissent le nord de la ville. Rien à redire sur la qualité du logement ou le prix de la nuit (30€ pour 2 personnes) mais pensez à vous munir d’un GPS pour vous y rendre.

Lagoa : chez Pedro et son épouse dans l’un des appartements de leur grande villa, idéalement placée pour 45€ la nuit en cette saison.

Burgau : chez Natalie dans l’appartement coup de cœur de notre séjour (très demandé en haute saison) pour 60€ la nuit.

  • Comment s’est-on déplacé ?

En voiture de location avec une réservation faite à l’avance via Easyjet, pour éviter de gros frais supplémentaires dans le cas d’une réservation sur place.

Attention : certaines autoroutes portugaises proposent des péages dématérialisés sous forme de portiques qui prennent les plaques d’immatriculations en photo, calculent les frais de péage en fonction des distances parcourues et les débitent à votre retour en France.
Pour faire simple, au moment de louer votre voiture, pensez à demander le “boîtier péage” qui sera intégré à votre voiture (surcoût de 7€ environ). Sans cela, vous devrez vous acquitter des montants dûs dans des bureaux de poste à partir du 2ème jour de votre séjour (autrement gare aux amendes très salées !).

Si vous résidez en ville, misez sur l’application Uber pour vos déplacements. Les courses sont très bon marché (3-4€ pour faire le tour de Faro par exemple).

  • Où a-t-on mangé ?

Faro : Le Café Losango pour un petit déjeuner simple mais bon : à l’angle de la R. da Misericórdia et de la R. Manuel Belmarço.

Lagoa : O Pescador Benagil pour un dîner romantique avec vue sur la plage de Benagil : Praia de Benagil, Carvoeiro.

Odeceixe : Retiro do Adelino pour des plats traditionnels et bon marché. Ne pas être exigeant sur la décoration intérieure du restaurant, la partie la moins “traditionnelle” de l’établissement si on ne compte pas les toilettes à la turque (!).

Le reste du temps nous avons mangé sur le pouce. Si vous préférez faire vos courses dans un supermarché plutôt que chez les petits marchands de fruits et légumes, vous trouverez votre bonheur dans l’un des milliers de magasins Lidl que vous croiserez sur votre route.

  •  Et pour quelques jours de plus ?

Pourquoi ne pas franchir la frontière de l’Algarve et vous rendre jusqu’à Lisbonne ? Pensez à comparer les prix entre remettre votre voiture de location dans une agence différente de celle d’origine (prise à Faro et rendue à Lisbonne) et prendre un vol intérieur car ces derniers peuvent parfois s’avérer plus chers, surtout en pleine saison.